Silence

Comme celui qui suit une oeuvre est paraît il encore de l’auteur de l’œuvre. Silence on tourne, expression consacrée, décalée s’il en est. Silence comme le dernier Scorsese. Comme évoqué précédemment avec Moonlight, je ne suis pas critique de cinéma, j’écris de manière subjective sur ce que je vois et j’entends. J’ai été étonné de ne trouver le film que dans les cinémas indépendants ou classés art et essais, non par dénigrement envers ces cinémas, bien au contraire mais simplement je m’attendais, vu le réalisateur, le côté fresque historique et le casting (enfin quoi, Dark Vador junior alias Adam Driver quand même) à trouver ce film dans les complexes cinéma qui bordent généralement les périphéries de nos villes. L’avantage du cinéma art et essais c’est qu’il n’y a pas besoin de se soucier de l’horaire de la séance en VO, elles le sont toutes.

J’ai trouvé beaucoup de maitrise dans ce film, dans la caméra, les plans, le jeu. Banalité me direz vous, pas tant que ça finalement. Je trouve éminemment difficile l’art de faire du cinéma de manière « classique », entendez par là, sans se sentir obligé de plans compliqués, d’effets de caméras ou de post production, c’est à dire un cinéma qui sert son propos. Le film était pour moi un peu long, il n’en finit pas de finir, mais c’est sans doute faire la fine bouche ou alors c’est peut être simplement que j’avance en âge…

Le titre était plein de promesse pour le son du film : promesses tenues. Peu de musiques, beaucoup diégétiques et un vrai travail sur les voix, le mixage. Je crois que pour l’une des premières fois de ma vie j’ai vraiment compris et ressenti l’oxymore « un silence assourdissant ». De fait, je vous invite à découvrir la scène d’apostasie d’un des pères, juste pour le silence.

Le propos du film, lui, est fascinant. Si on s’éloigne de la fresque historique et que l’on en vient à l’interrogation de la foi, du pourquoi, de qui vient apporter quoi et surtout de quel droit. Qu’est ce qui pousse des hommes à penser qu’ils détiennent une vérité absolue et de ce fait, à se sentir le besoin impérieux de l’imposer aux autres ? De finalement se croire prompt à décider de la destinée de l’autre dans une forme d’ingérence absolutiste.

Je ne jette la pierre à personne explicitement. Je partage cette interrogation qui était déjà mienne dont le film s’est fait l’écho. Je ne peux non plus m’empêcher de faire le lien avec les propos de Monsieur Macron, lui aussi porté par des élans aux relents de prédicateurs de masses. Même si les mots choisis sont inadaptés, ils renvoient bien à un fond réel et sur lequel nous avons encore du mal à nous tourner. « Bienfaits » de l’évangélisation, des croisades en tous genres, des colonisations et, finalement, avant de parler pour imposer sa vision, avant de remplir l’espace sonore, ne serait il pas plus sage d’écouter et d’observer juste un peu de silence …

Nathanaël

1 réponse
  1. Colchago
    Colchago dit :

    Le silence dans notre monde aujourd’hui est un luxe. Tout nous empêche d’y accéder. Tout espace est sonorisé que ce soit dans les magasins, chez le coiffeur, dans les parkings…pour nous imposer le bruit.
    Savonarole écrivait il y a bien longtemps (1452-1498) « La prière a le silence pour père et la solitude pour mère »
    Et Enzo Bianchi aujourd’hui « Le silence est le gardien de l’intériorité ».

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *