Troisième personnage (suite)

Troisième Personnage, recontre entre réalisateur, producteur et composteur autour de la musique d'un film. Blog Adélie Prod.

Nous voilà donc réunis autour d’une table et d’un ordinateur pour cette rencontre entre producteur, réalisateur et compositeur (cf. l’article précédent Troisième personnage). L’ordre d’énonciation n’évoque absolument aucune hiérarchie.

Le plus important là, ce n’est pas de faire écouter ce que j’ai composé, non, là le plus important c’est d’écouter. Pour cela il faut interroger, questionner le réalisateur, le producteur pour comprendre plus en avant l’idée du film, ce qui sous-tend le scénario, ce que je n’aurai éventuellement pas su lire entre les lignes. Pourquoi cette idée, ce point de départ ? Quelle implication d’histoire personnelle ? Qui va jouer, diriger les acteurs, quels décors, quel chef opérateur ? Autant de questions d’apparence technique mais qui amènent à parler du projet, à aller au cœur. On n’atteint pas le centre en demandant abruptement, donc c’est affaire de délicatesse, on y vient par le jeu, par la lumière, par le son, par toutes les composantes d’un film que l’on réunit pour se faire une image de plus en plus précise. On parle de ce que l’on aime ou pas, de films qui nous ont touchés et pourquoi. Surtout ne pas avoir peur d’être d’avis différents, la consensualité est inutile, même un peu vulgaire, elle manque de respect. Soyons forts de nos idées, nos amours, nos points de vue. Il ne s’agit pas de faire un copier coller mais bien d’amener ce que nous sommes à se rencontrer.

Au fur et à mesure de la discussion j’ai senti que le film que je m’étais fait semblait assez proche de celui imaginé par le réalisateur et le producteur. Alors là et seulement là, j’ai parlé, donné mon point de vue, ce que j’avais cerné et ce que j’avais vu différemment. Puis, j’ai fait écouté ma création, avec les précautions d’usage, c’est un sketch, un brouillon, une idée, un embryon d’idée qui peut contenir le germe de la future musique du film.

Cette histoire de rencontre contextuelle est finalement la même à chaque fois. Et pourtant unique à chaque fois aussi. Un dessin de desseins qui se rencontrent, se croisent ou s’arrêtent et partagent une œuvre de création commune : un film !

Nathanaël

1 réponse
  1. colchago
    colchago dit :

    Le plus important c’est d’écouter… Et si dans la vie au jour le jour on adoptait cette écoute, probablement qu’il y aurait plus de fraternité, n’est-ce pas messieurs et mesdames les candidats à l’élection présidentielle…Dommage qu’ils ne lisent pas le blog de Nathanaël !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *