Troisième personnage

Troisième Personnage, recontre entre réalisateur, producteur et composteur autour de la musique d'un film. Blog Adélie Prod.

Si l’on se réfère au protocole de l’état français, il s’agit du Président du Sénat, venant juste après le Président de la République et le Premier Ministre. Si l’on s’en tient à Federico Fellini, il s’agit de la musique de film et par extension de rencontres entre réalisateurs, producteurs et compositeurs au sein de différents festivals. Même si la rencontre avec le Président du Sénat doit sans doute s’avérer passionnante, je préfère m’attarder sur celle du trio nommé ci-dessus.

Avant de me retrouver, comme compositeur, face au duo producteur, réalisateur, j’ai d’abord eu un premier face à face avec un scénario. On ne se retrouve pas à trois autour d’une table pour parler piscine ou art pré contemporain austral de la période post classique. Non, on a un objectif commun : la création d’un film. Et, comme base de travail et référence commune, un scénario et une note d’intention.

Me voilà donc, seul, quelques jours avant la rencontre, assis à ma table de travail avec le dit scénario, accompagné de sa note d’intention. C’est un exercice particulier la lecture de scénario. Il y a le texte bien sûr mais aussi et surtout tout ce que l’on peut comprendre entre les lignes. Essayer pendant quelques instants d’être dans la peau de l’auteur, du réalisateur, se créer une vision du film la plus proche possible de celle souhaitée. C’est à ce moment là que la note d’intention intervient. En quelques lignes, le réalisateur a détaillé son pourquoi, ses moyens, son esthétique. Bien sûr, tout ceci est soumis à l’interprétation et la compréhension des mots, vecteurs indispensables et pourtant parfois trompeurs de la pensée. Alors je lis, je lis les intentions, les références, je regarde, j’écoute, je parcours le CV du réalisateur puis je vais scruter les œuvres déjà produites par le producteur. De tout ça j’essaie de dégager des constantes, des empreintes, des signes communs. Je dois parvenir à trouver un langage commun que je vais ensuite appliquer à la musique.

Cette première phase passée, digérée, absorbée, je commence à écrire, à composer. Je crée une petite suite orchestrale, un ensemble de matériaux musicaux que j’imagine pour le film. Sans image bien sûr, enfin si mais dans ma tête. Reste à savoir si le film que je me fais est proche de celui du réalisateur… (à suivre)

Nathanaël

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *